"Villes"

Origine de la ville de Douala (Cameroun)

Cameroon
(Cameroon )
Localisation : Littoral
La ville de Douala (…) porte officiellement son nom actuel depuis le décret colonial allemand du 1er janvier 1901, le portait déjà rituellement depuis 1578 par la grâce de son fondateur EWALE quand celui-ci installa son peuple au bord du Wuri, en un lieu qu´il baptisa péremptoirement MADU M´EWALE ou l´Embouchure d´Ewale (situé entre l´estuaire et le plateau Joss, et plus tard étendu vers l´Aqua Beach, aux alentours de Bonamouti. MADU M´EWALE progressivement simplifié en MADUMWALE, puis en MADUMALE, est la forme plurielle de DU L´EWALE, simplifié en DUWALE qui par la "faute" du gérant A de DUWAL´A MBEDI est devenu DUALA. Dès lors, l´on peut considérer comme une anecdote ou un simple jeu de mot l´hypothèse situant l´étymologie de DUALA à l´exclamation: "DUA, ALA!" (démarre, vas-y!) qui n´a rien à voir avec le débarquement des Fils d´Ewale, et encore moins avec le patronyme de l´Ancêtre donné au site par voie de baptême.

Extrait du deuxième paragraphe de la section intitulée "Le choix des noms" (P.104 -105)

A la fin du 19e siècle,l'Allemagne étend son protectorat sur le Kamerun. Quatre villages sont installés au fond de l'estuaire du "Rio dos camaroes".
Sur la rive gauche, le village Bell (Bona doh), le village Akwa (Bona ku), et le village Deido (Bona ebelle).

Sur la rive droite le village Hickory (qui deviendra plus tard Bonaberi).
Ces villages sont installés au bord du fleuve qui est leur source de vie et de richesse et sont dirigés par des King.
Les 3 villages de la rive gauche sont séparés par la Mboppi (Deido et Akwa) et la Besseke (Akwa et Bell).
Le long du fleuve, on apercevait d'imposantes et élégantes maisons le plus souvent en bois et couvertes de tôles et devant chacune, le drapeau hissé désignait le propriétaire et sa nationalité.
Le fleuve Wouri (Rio dos Camaroes) a longtemps été au centre de l'activité de la ville naissante. on y pratiquait la pêche et surtout le commerce. C'est en effet la principale porte d'entrée du pays où les invités sont accueillis et où sont organisées les différentes manifestations lors des grandes occasions. Un pont sera construit et inauguré en 1954 par le Ministre de la France d'outre mer Monsieur Coste Floret.
Suellaba
Avant d'arriver à Douala, on pouvait s'arréter au village Suellaba où l'administartion allemande avait installé une maison de repos. Ce village a aussi été exploité pour la culture du palmier à huile. C'est également ce village qui a servi de base aux forces franco-britanniques en juillet 1914 qui se préparaient à chasser les allemands du territoire Kamerunais.

Port de Douala
Les premiers aménagements ont été entrepris en 1881 par la firme allemande WOERMAN LINIE suite à un accord avec les Rois Duala. Il faut signaler que jusque là les compagnies européennes commerçaient à partir des bateaux-pontons amarrés au milieu du fleuve. Ainsi les chefs se réservaient le monopole du commerce avec l'intérieur et devenaient les intermédiaires obligatoires.
Au départ, le port est en fait un quai construit au niveau du village Akwa et il ne s'agit que d'un terre-plein obtenu après avoir frappé les palplanches au delà de la rive naturelle et colmaté l'espace ainsi dégagé. La construction d'un véritable quai en béton sera entrepris à la fin du 19e siècle par les allemands sous l'autorité du gouverneur J. Von Puttkamer. Ce dernier est considéré comme le constructeur de Douala car il a transformé le village africain traditionnel en ville moderne (tracement de larges rues, assèchement des marécages de Bonaku et entre Akwa et Deido, amélioration et agrandissement du port, construction de la digue entre Joss et Akwa, début de la canalisation de l'eau courante).
Les allemands entendaient faire ce port le plus moderne de la cote d'Afrique de l'ouest car, ils jugeaient que l'absence de barre lui donnait un atout déterminant. C'est dans la zone portuaire que vont naître les premières industries du pays.

La gare du chemin de fer
L'embouchure de la rivière Besseke qui sépare les villages Akwa et Bell a été un carrefour très important de la ville. C'est là qu'a été implanté le terminus du "chemin de fer du Centre" qui allait relier Douala à Yaoundé. En plus du premier construit à ce niveau, on y retrouve également le premier et plus grand marché de la ville. Les deux rives vont être occupées par les cheminots et les bâtiments administratifs des chemins de fer. La gare sera implantée dans la vallée. Le chemin de fer du Centre commencé sous le protectorat allemand sera achevé au début des années 1920. La voie ferrée suivait l'itinéraire qu'emprunte aujourd'hui le boulevard de la Besseke, au niveau de la Sonel Koumassi, elle remontait vers le Collège Dominique Savio et longeait l'usine des Brasseries en direction des gares de New-Bell et Bassa sur le chemin de Yaoundé.

Le Marché
Installé à l'endroit stratégique que représentait le confluent de la Besseke avec le Wouri, à proximité de la Gare, le long de la voie Decauville qui reliait le port au plateau Joss (centre résidentiel administratif) et tout près d'Akwa. Les pirogues venaient ravitailler la ville en vivres et poissons frais sur place en pénétrant le coeur du marché. Afin de mieux prélever les taxes et impôts et centraliser les points commerciaux, l'administration coloniale construit une halle au bord de la Besseke vers les années 1920.

Rue Japoma
Premier nom de l'actuel boulevard Ahmadou AHIDJO (qui a été au passage avenue du 27 août 1940), ce fut le premier passage entre les plateaux Akwa et Joss passant par la vallée de la Besseke.

Akwa
Avant de devenir le quartier commercial dans les années 1930, Akwa était occupé par des missions. Les premiers missionnaires chrétiens étaient anglais. Le responsable, un certain Alfred Saker appartenant à la société missionnaire baptiste de Londres est arrivé au Cameroun le 11 juin 1845 et y a séjourné jusqu'en 1876.

Les Missions protestantes
Le premier temple de Douala appelé "BETHEL" fut érigé à l'endroit où se trouve actuellement le temple du Centenaire construit et inauguré le 30 mars 1947 (terrain mis à la disposition de la mission baptiste de Londres par le King Akwa).
Le Temple de Bonalembè (qui existe toujours à côté de la boulangerie Zépol), a été construit à la fin du 19e siècle (1899) par les missionnaires baptistes de Béle. Ces missionnaires ont également construit un deuxième lieu de culte (temple de Bonadouma). Ce temple n'existe plus mais il semblerait qu'il était situé sur la rue Paul Soppo Priso.

Les Missions catholiques
Les Pallotins sont arrivés à Douala le 25 octobre 1890. Ils sont installés sur l'autre extrêmité du plateau Akwa sur l'axe le reliant au plateau Joss. La première église pallotine fut construite vers la fin du 19e siècle. La Cathéédrale Saints Pierre et Paul a été construite à côté de la première église dans les années 1930 et inaugurée en 1936. C'est une oeuvre des spiritains français venus remplacer les missionnaires allemands en 1916.

Akwa Palace
Hotel inauguré en 1951, c'est le seul établissement de classe international de la ville situé sur l'Avenue Poincarré.

Plateau Joss
Le plateau Joss a été le premier espace de Douala occupé par les allemands à cause de sa situation qui surplombe le Wouri.

Palais de Manga Bell
La Pagode dont le nom provient de son style architectural a été construite en 1905 par le Roi August Manga Ndoumbe (1897 - 1910) qui a fait ses études en Angleterre à l'Université de Bristol. Il est le fils du Roi Ndoumbe Lobe et le Père de Rudolf Douala Manga Bell.
Vers les années 1920, la Pagode a abrité les bureaux de la compagnie forestière Sangha Oubangui. Elle a également abrité le siège de la société navale de l'ouest, le hangar à l'arrière a servi pour le premier cinéma de Douala "le paradis", le dernier étage a abrité un restaurant "la croix du sud".

Bell
L'opération de déguerpissement entreprise par les allemands en 1913 vers le quartier New Bell a connu une violente opposition et a entrainé la mort par pendaison de Rudolf Duala Manga Bell et son homme de confiance Ngosso Din le 08 août 1914. Les Bell n'occuperont jamais ce quartier puisque les allemands ont quitté le Cameroun deux ans plus tard et suite aux négociations avec les français, c'est plutôt à Bali qu'ils s'installeront.

Source: douala-guide.net
Publié par : carole

Articles similaires

L'histoire du peuple Bassa des 4 coins du monde

Cameroon
(Cameroon )

''Teotihuacan'' la cité des dieux

Mexico
(Mexico )

Histoire de l'Angola

Angola
(Angola )

Origine de la ville d'Abidjan (CĂ´te d'Ivoire)

Ivory_Coast
(Ivory Coast )

''Les Incas'' la civilisation disparue

Peru
(Peru )

''Nan Madol'' la civilisation disparue

Micronesia
(Micronesia )

Si vous n'avez pas de compte facebook, utilisez ce formulaire pour poster un commentaire

0
Les champs du formulaire ne sont pas correctement remplis!
Par exemple les mots saisis dans les champs doivent avoir au moins 3 caractères
   
   
   
 
 

"Meilleurs votes du jeu"


"Villes"


''Les Incas'' la civilisation disparue

''Machu Picchu'' la cité perdue des Incas

Histoire de l'Angola

"Leaders"


BĂ©hanzin (GbĂŞhanzin) Hossu Bowelle

Che Guevara

Mekatilili Wa Menza

Formulaire de Connexion