Une pathologie en augmentation

Les hommes consommant plus de viande rouge étaient aussi plus souvent fumeurs que la moyenne des participants, ils pratiquaient moins d'activité physique et utilisaient davantage des anti-inflammatoires et des anti-douleurs. Mais les résultats de l'étude ont été corrigés pour éliminer l'effet potentiel de ces autres facteurs, expliquent les auteurs. L'étude ne fait qu'observer un lien statistique et ne démontre pas de lien de cause à effet, soulignent-ils. L'équipe avance toutefois plusieurs hypothèses, comme le fait que la consommation élevée de viande rouge pourrait perturber l'équilibre des bactéries présentes dans l'intestin.

Relativement courante, la diverticulite entra√ģne des complications graves dans 4 % des cas (abc√®s, p√©ritonite, perforation de l'intestin, etc.), rappelle l'article, publi√© dans Gut, une revue m√©dicale sp√©cialis√©e d√©pendant du British Medical Journal (BMJ). La fr√©quence des nouveaux cas est en augmentation, en particulier chez les jeunes adultes, et elle serait la cause de 210 000 hospitalisations par an aux √Čtats-Unis.

Ses causes restent mal connues, m√™me si le tabac, la prise d'anti-inflammatoires non st√©ro√Įdiens, le manque d'activit√© physique et l'apport insuffisant en fibres alimentaires sont identifi√©s comme des facteurs de risque.
" />

Actualites

Many_Discoveries
(Many Discoveries )

Actualité : Santé, gare à l'excès de steaks !

Actualité : Santé, gare à l'excès de steaks !



Les hommes qui consomment beaucoup de viande rouge sont plus souvent atteints d'une forme courante d'inflammation de l'intestin appelée diverticulite, selon une étude publiée mardi. Cette maladie est provoquée par l'inflammation d'un ou plusieurs diverticules - des petites excroissances qui se forment sur la muqueuse interne de l'intestin.

L'étude a comparé le groupe composé des 20 % de participants qui consommaient le plus de viande rouge avec les 20 % qui en mangeaient le moins : les cas de diverticulite ont été 58 % plus nombreux dans le premier groupe, expliquent les chercheurs, majoritairement rattachés à l'université de Harvard (Boston). Ce risque accru est observé surtout pour les gros consommateurs de viande rouge non transformée (boeuf, agneau, porc), et beaucoup moins chez ceux qui mangent beaucoup de viande rouge transformée (comme le bacon, les saucisses, le salami), ajoutent-ils.

Leurs r√©sultats sont bas√©s sur les r√©ponses de plus de 46 000 hommes am√©ricains qui participent √† une vaste √©tude √©pid√©miologique men√©e aux √Čtats-Unis depuis 1986. Tous les quatre ans, il leur √©tait demand√© de dire avec quelle fr√©quence ils avaient consomm√© de la viande rouge, du poulet et du poisson au cours de l'ann√©e pr√©c√©dente, les r√©ponses pouvant aller de "jamais ou moins d'une fois par mois" √† "six fois par semaine ou plus". Au total, 764 hommes sur l'ensemble de la cohorte ont d√©velopp√© une diverticulite, soit 1,6 %.
Une pathologie en augmentation

Les hommes consommant plus de viande rouge étaient aussi plus souvent fumeurs que la moyenne des participants, ils pratiquaient moins d'activité physique et utilisaient davantage des anti-inflammatoires et des anti-douleurs. Mais les résultats de l'étude ont été corrigés pour éliminer l'effet potentiel de ces autres facteurs, expliquent les auteurs. L'étude ne fait qu'observer un lien statistique et ne démontre pas de lien de cause à effet, soulignent-ils. L'équipe avance toutefois plusieurs hypothèses, comme le fait que la consommation élevée de viande rouge pourrait perturber l'équilibre des bactéries présentes dans l'intestin.

Relativement courante, la diverticulite entra√ģne des complications graves dans 4 % des cas (abc√®s, p√©ritonite, perforation de l'intestin, etc.), rappelle l'article, publi√© dans Gut, une revue m√©dicale sp√©cialis√©e d√©pendant du British Medical Journal (BMJ). La fr√©quence des nouveaux cas est en augmentation, en particulier chez les jeunes adultes, et elle serait la cause de 210 000 hospitalisations par an aux √Čtats-Unis.

Ses causes restent mal connues, m√™me si le tabac, la prise d'anti-inflammatoires non st√©ro√Įdiens, le manque d'activit√© physique et l'apport insuffisant en fibres alimentaires sont identifi√©s comme des facteurs de risque.

Source/Auteur: lepoint.fr
2017-01-13

Articles similaires

Nouvelles libérations d'opposants en Gambie

Gambia
(Gambia )

Tentative de coup d'Etat au Burundi: l'UA réunie en urgence à Addis Abeba

Burundi
(Burundi )

Demi-victoire à Samsung face à Apple

Many_Discoveries
(Many Discoveries )

Le Pape rend une visite à la Colombie pour la reconciliation et la paix

Colombia
(Colombia )

Actualité : Le Nokia 3310 fera son grand retour au MWC, avec un écran en couleur.

Many_Discoveries
(Many Discoveries )

Actualité : Gsm au Bénin, Rafiatou Monrou exige un meilleur service et la baisse des tarifs.

Benin
(Benin )

Si vous n'avez pas de compte facebook, utilisez ce formulaire pour poster un commentaire

0
Les champs du formulaire ne sont pas correctement remplis!
Par exemple les mots saisis dans les champs doivent avoir au moins 3 caractères
   
   
   
 
 

"Meilleurs votes du jeu"


"Villes"


''Teotihuacan'' la cité des dieux

Origine de la ville de Yaoundé (Cameroun)

''Les Incas'' la civilisation disparue

"Leaders"


Joseph Tchuindjang Pouemi L'homme qui découvrit l'arnaque ''FRANCS CFA''

Mère Teresa, la dame au ''coeur en or''

Béhanzin (Gbêhanzin) Hossu Bowelle

Formulaire de Connexion